Flirter avec L’Idéal Vigneron
» » Flirter avec L’Idéal Vigneron

Flirter avec L’Idéal Vigneron

Posté dans : Actu vignoble | 0

Trois saisons de labeur ont été nécessaires pour aujourd’hui contempler nos vignes dans l’attente, toujours fébrile, de ce grand moment des vendanges.

Pour l’heure, une fois n’est pas coutume, nous sommes assez chanceux. Mais n’éveillons pas les superstitions qui sommeillent dans chaque vigneron, il n’y aurait pas un grand effort à faire.

Notre imagination s’égare vite, le rêve n’est pas loin.

Le rêve de la perfection, la perfection totale, pour l’obtention de vins de rêve justement, afin de toujours pouvoir séduire les papilles puis les cœurs de buveurs impénitents.

Il n’y a pas deux années qui se ressemblent. Tout est toujours différent dans l’approche de notre métier, l’adaptation est permanente et l’instinct vigneron toujours à l’œuvre.

Comme attiré par le souci du bien être végétal et la beauté qui l’entoure, nous avons dû procéder à des actions nouvelles. Tenez, comme par exemple l’utilisation de « débroussailleuses manuelles » pour mettre à bas de belles folles avoines qui avaient profité d’une fin d’hiver et début de printemps humide, nous empêchant de travailler entre les ceps. On a pu observer un côté bénéfique, le pourrissement de toutes ces racines d’herbe va enrichir les sols en matière organique. « Dieu sait s’ils en ont besoin ! »

Ces constatations sont bien la preuve que la culture biologique (petit rappel : sans désherbants ni produits phytosanitaires de synthèses ) rapproche de la nature et amène à chercher des solutions adaptées au terroir !

Comme disait mon père : » Aujourd’hui le bien ou le mal est fait  » il ne reste donc plus qu’à attendre et surveiller.

C’est bien ce que je disais au début : un petit état « d’oisiveté  » qui laisse la place au rêve !

Jean-Louis Poudou, vigneron.

JL-baladesW

Please follow and like us:

Répondre